Arthur Stieber (1908-1985)

La passion d’Arthur Stieber (1908-1985) pour l’archéologie de sa région natale, l’Alsace, ne s’est jamais démentie tout au long de sa vie, lui permettant de réunir une très abondante documentation, en large partie inédite.

Né le 28 mars 1908 dans une famille d’agriculteurs de Furdenheim dans le Kochersberg, il reste toute sa vie très attachée à ce riche terroir agricole où il commence ses premières prospections dès l’adolescence. Ses découvertes archéologiques, à Handschuheim, Quatzenheim, Rosheim, Furdenheim… seront publiées dans la presse locale à partir de 1936 et marquent le début d’une longue activité de recherches de terrain.

Parallèlement à son intérêt pour l’archéologie, A. Stieber obtient un diplôme d’ingénieur-chimiste en 1929 puis soutient une thèse de doctorat en sciences à Paris en novembre 1933, avant de s’inscrire en 1936 en thèse de doctorat en Lettres à l’Université de Strasbourg en prenant comme thème de recherche l’occupation du sol sur les terrasses de lœss dans la région du Kochersberg à l’époque néolithique. Le manuscrit en sera perdu pendant la guerre et A. Stieber renoncera alors à soutenir cette thèse en archéologie. Une large partie des observations faites pour ce travail universitaire va toutefois être reprise pour nourrir ses recherches ultérieures.

Carte de visite d’Arthur Stieber (Fonds Arthur Stieber, 67150_12_002_a01v, @DRAC Grand Est, Musée archéologique de Strasbourg)

Après 1945, il reprend ses activités archéologiques, en partie pour le compte du Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (entre 1946 et 1949). En octobre 1950, il entre au C.N.R.S. (20e section Ethnographie, préhistoire, anthropologie) sous la direction de Paul Wernert, directeur des Antiquités Préhistoriques d’Alsace et y mènera sa carrière jusqu’en mars 1973. Sa mission principale est la surveillance archéologique des travaux d’aménagement, en particulier l’installation de réseaux d’assainissement et d’adduction d’eau potable dans les communes du Bas-Rhin. Il continue également ses prospections dans le Kochersberg. Ce prodigieux travail, mené systématiquement durant de longues années et complété par le dépouillement des sources documentaires, lui permet de localiser plus d’un millier de nouveaux emplacements archéologiques datables de la Préhistoire aux Temps modernes.

H. Heitz, A. Stieber et l’abbé A. Glory, station néolithique de Durningen, avril 1946 (Fonds Arthur Stieber, 67109_01_001_a02v, @ DRAC Grand Est, Musée archéologique de Strasbourg)

De nombreux sites sont restés inédits, consignés seulement dans les dizaines de carnets de prospection qu’A. Stieber a tenu à jour tout au long de ses années d’activité, mais aussi après son départ en retraite car il n’a jamais cessé tout à fait ses prospections dans sa région natale du Kochersberg.

Après son décès, survenu le 13 juin 1985 à Strasbourg, sa collection et ses archives restent conservées pendant une quinzaine d’années dans sa famille. C’est en 1999 que l’ensemble de cette vaste documentation scientifique et du mobilier archéologique associé fait l’objet d’un don important de la fille d’A. Stieber, Madame Vogel, au Musée Archéologique de Strasbourg.

Carnets concernant la commune d’Eckbolsheim
(Fonds Arthur Stieber, @ DRAC Grand Est, Musée archéologique de Strasbourg)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *