Séminaire des sources aux systèmes d’information géographique : des outils pour la cartographie dans les humanités numériques

Retrouvez la présentation de notre projet réalisée pour le séminaire “Des sources aux SIG” / Maison des Sciences de l’Homme, Paris-Saclay ; Plateforme Géomatique, EHESS.

Cécile Courtaud, Soline Moriniere, Bernadette Schnitzler, Marie Stahl Georges Triantafillidis: « Quand les archives construisent la cartographie : le projet collectif de recherches “Archives scientifiques de l’archéologie : le fonds Arthur Stieber ” » Drac Grand Est, MAN Saint-Germain-en-Laye, Musée archéologique de Strasbourg, Ecole Française d’Athènes. Juin 2021.

Articles parus

C. COURTAUD, I. LESUEUR, S. MORINIÈRE, J. RÉMY, B. SCHNITZLER, M. STAHL, G. TRIANTAFILLIDIS, « Un projet collectif de recherche autour du fonds Arthur Stieber », Archimède. Archéologie et histoire ancienne [En ligne] 2, 2015, p. 66-77. Mis en ligne le 24/11/2015.
URL : https://archimede.unistra.fr/revue-archimede/archimede-2-2015/archimede-2-2015-dossier-un-projet-collectif-de-recherche/

Des histoires façon puzzle : archéologie et vie quotidienne en Alsace.

Les archives d’Arthur Stieber contiennent des dizaines de morceaux de cartons d’emballages, découpés pour devenir des supports de notes. Sans être fondamentalement originale, cette pratique s’inscrit à l’époque dans une économie de moyens. Pour nous, elle livre aujourd’hui des souvenirs de la vie quotidienne d’un Alsacien au siècle passé et, plus largement, de toute une population à travers des instantanés de la vie économique locale.

Lot de fragments de cartons d’emballage (Fonds A. Stieber, Furdenheim, carnet 11, annexes © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

Les produits alimentaires

Les établissements Ungemach

Trois morceaux de cartons restituent une des faces d’un emballage de « flocons d’avoine traitée UGMA ». Tirant leur nom d’une épicerie fondée à Strasbourg par Pierre Ungemach en 1812, les établissements Ungemach s’implantent à Schiltigheim en 1888 sur le site compris entre les actuelles rue de Bischwiller et rue Léon-Ungemach. Léon Ungemach, qui officialise le transfert, sera à l’origine de la cité-jardin Ungemach dans les années 1920. La Société alsacienne d’alimentation s’accroît rapidement. À l’ancienne conserverie s’ajoute bientôt une usine de tri et de torréfaction du café, puis à partir de 1920, la fabrication de farines et de produits diététiques. Les établissements bénéficiaient d’une ligne de chemin de fer privée commune avec la brasserie Fischer située à proximité. Arthur Stieber connaissait bien ces usines, qu’il voyait régulièrement, ayant habité Schiltigheim pendant plusieurs années, 20 rue de Rosheim, à 800 mètres de là. Les établissements Ungemach ferment en 1983, peu de temps avant le décès de l’archéologue.

Trois cartons découpés, reconstituant l’emballage de flocons d’avoine commercialisés par la Société alsacienne UGMA, 1946 (Fonds A. Stieber, Furdenheim, carnet 11, annexe 2 © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

L’Alsacienne et la recette des Triscottes

La Triscotte, « délicieuse biscotte, qui n’était pas vraiment une biscotte, en fait » est une production de la marque Heudebert. L’entreprise est rachetée en 1963 par l’Alsacienne, c’est l’année du succès de la Triscotte. Les fragments de cartons retrouvés dans le carnet de la commune de Rangen appartiennent à cette époque. Plusieurs rachats et fusions ont eu lieu ensuite, et les produits de l’Alsacienne deviennent une branche du géant agro-alimentaire Danone/Lu. Ils décident un jour d’en changer la recette mais le produit étant jugé moins bon, la marque disparaît.

Fragments d’une boîte de Triscottes (Fonds A. Stieber, Rangen, carnet 1 © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

Pâte de Munster à tartiner

Fleuron des fromages alsaciens, le munster est un fromage à pâte molle et à croute lavée, de forme à cylindrique, confectionné à partir de lait de vache. Il est principalement produit dans 7 départements de l’Est de la France dont le Bas-Rhin et le Haut-Rhin. Il bénéficie d’une appellation d’origine contrôlée depuis 1969 et d’une appellation d’origine protégée depuis 1996. Le fragment d’emballage ci-dessous est issu d’une entreprise située à Ostheim et commercialisant de la pâte de Munster à tartiner.

Fragment d’emballage de pâte à tartiner au munster (Fonds A. Stieber, Quatzenheim, carnet 12, page 1, verso de l’annexe 1 © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

L’industrie locale

Le grès de Remmy

Créée en 1594, originaire des Ardennes françaises, l’entreprise familiale des Grès Remmy s’est installée à Betschdorf en 1820, en raison des ressources géologiques locales, en particulier la kaolinite qui acceptait la vitrification au sel. Les Grès Remmy produisent encore aujourd’hui de la céramique artisanale et artistique. On trouve une publicité y faisant référence dans un carnet de la commune de Dahlenheim.

Publicité pour les Grès de Remmy (Fonds A. Stieber, Dahlenheim, carnet 1, page 7, verso de l’annexe 6 © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

Travaux de couture et linge de maison

Plus anecdotique encore et peut-être le plus amusant qui fut retrouvé à ce jour dans le fonds Arthur Stieber, est ce double feuillet avec instructions et dessin pour la confection d’une couche-culotte.

Notice et patron pour la confection d’une couche-culotte (Fonds A. Stieber, Kertzfeld, carnet 2, page 1, verso de l’annexe 3 © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)
Notice et patron pour la confection d’une couche-culotte (Fonds A. Stieber, Kertzfeld, carnet 2, page 1, verso de l’annexe 7 © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

La réutilisation de ces papiers domestiques dans le travail d’Arthur Stieber est fréquente ; on compte de la même manière plusieurs fiches de teinturier dans les carnets des communes d’Ittenheim, de Wolfisheim et d’Achenheim, souvent renseignées à d’autres noms de clients qu’Arthur Stieber.

Produits pharmaceutiques et produits d’hygiène

Le Loraga

Le Loraga est un médicament laxatif contre la constipation. Composé d’huile de parafine, de phénolphtaléine, d’agar-agar et d’excipient, il se présente sous la forme d’une émulsion blanche. Il n’est plus commercialisé depuis le 31 mars 1977.

Fragment d’une boîte de Loraga (Fonds A. Stieber, Kirchheim, carnet 3, verso de l’annexe 1 © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

Scott’s Emulsion

Scott’s Emulsion est un produit fabriqué par Scott & Browne Ltd. et commercialisé en Amérique, en Europe et en Asie. L’entreprise possédait des usines dans de nombreux pays : Canada, Angleterre, Espagne, Portugal, Italie et France.

Composé à base d’huile de foie de morue et de glycérine qui en adoucit le goût amer, Scott’s Emulsion contient des Oméga 3, des vitamines A et D et du calcium. À l’origine, l’huile de foie de morue a d’abord été utilisée par les communautés de pêcheurs des pays comme l’Ecosse, l’Islande, la Norvège et le Groenland pour se protéger contre le froid, c’est pourquoi la marque Scott’s Emulsion a choisi comme emblème un pêcheur portant sur son dos un poisson de grande taille, présent sur l’emballage du produit. Transformée sous la forme du même produit Scott’s Emulsion et commercialisée, elle était alors prescrite pour les cas de consomption, c’est-à-dire d’amaigrissement et de dépérissement progressif visibles dans certaines maladies (en particulier la tuberculose) et pour les bébés rachitiques, dus à une carence en vitamine D. La présence de vitamine D contenue dans le produit a entrainé par la suite une généralisation de son usage, pour soulager les rhumatismes, les douleurs musculaires et articulaires. Il était alors généralement en vente dans les drogueries et considéré comme un complément alimentaire.

Ce produit a eu un réel succès à la fin du 20e siècle grâce aux publicités fortement colorées et mélodramatiques telles que celle conservée à la British Library. Il est encore commercialisé aujourd’hui.

Fragment d’emballage d’un produit Scott’s Emulsion (Fonds A. Stieber, Wolfisheim, carnet 1, page 3, verso de l’annexe 12 © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)
Publicité « Oh ! Doctor, must my darling die ? There’s very little hope, but try Scott’s emulsion », 1889, Londres (British Library, Evan. 7461)

Sans être exhaustive, cette sélection de morceaux choisis dans le fonds Arthur Stieber fait sourire. Elles plongent les archivistes et archéologues que nous sommes dans le quotidien d’Arthur Stieber et contribuent à lui rendre une réalité qui dépasse le simple cadre de sa contribution à l’histoire de l’archéologie alsacienne.

Arthur Stieber et le musée d’Archéologie nationale

        Dans les fonds d’archives de l’ancien musée des Antiquités nationales, actuel musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye (MAN), se trouve une carte de visite que Jean-Jacques Hatt, conservateur du musée préhistorique et gallo-romain de Strasbourg, adresse à son homologue saint-germanois. Ce document est le point de départ des relations qu’Arthur Stieber va entretenir avec le MAN dans les années 1946-1949. Si la nature de ces relations est définie par d’autres personnes, cette période va néanmoins être décisive pour A. Stieber : elle conditionne en effet une grande partie de sa carrière professionnelle tout en lui offrant de belles opportunités pour ses recherches archéologiques sur le territoire alsacien.

Carte de visite de J.-J. Hatt adressée à R. Lantier avec recommandation d’A. Stieber (MAN, fonds des acquisitions, 2018006/28, dossier MAN 79952-79964 © MAN)

 

Raymond Lantier est directeur du musée des Antiquités nationales depuis 1932. A partir de 1933, il est assisté par Claude Schaeffer, nommé conservateur adjoint. Cet Alsacien, qui fut assistant au musée préhistorique et gallo-romain de Strasbourg de 1924 à 1926 n’est autre que le gendre de Robert Forrer, conservateur de ce musée depuis 1909, dont il épousa la fille cadette, Odile. Avant de devenir célèbre pour ses missions archéologiques au Proche-Orient, C. Schaeffer avait réalisé plusieurs fouilles en Alsace, en particulier dans les carrières d’Achenheim, de Lingolsheim et de Hangenbieten.

À R. Forrer, qui a fui Strasbourg à la veille de la Seconde Guerre mondiale, succède en 1945 Jean-Jacques Hatt qui devient en même temps directeur de la nouvelle circonscription archéologique. Ce dernier est depuis quelques années déjà en relation avec le MAN, pour le don en 1936 de quelques objets archéologiques mis au jour à Dachstein (inv. MAN 77327), découverte qu’il publia l’année suivante dans la Revue archéologique dirigée conjointement par R. Lantier et C. Picard. Installé dans ses nouvelles fonctions, J.-J. Hatt reprend contact avec le directeur du MAN et obtient, en 1946, l’attribution d’un crédit de 60 000 francs accordé par la Direction des Musées de France afin de mener des fouilles en Alsace pour le compte du MAN.

Tout ou partie du crédit est alors destiné aux travaux menés dans le département du Bas-Rhin par A. Stieber, que J.-J. Hatt recommande chaudement à R. Lantier. Il remet à titre de faire-valoir un état des travaux publiés par A. Stieber avant la Seconde Guerre mondiale dans les bulletins de la Société préhistorique française et dans le journal Dernières Nouvelles de Strasbourg. Grâce à ces moyens financiers, l’Alsacien A. Stieber va entreprendre de véritables fouilles archéologiques de grande ampleur dont témoignent non seulement une dizaine de carnets de notes, mais aussi des dessins, des plans et des photographies. Il sélectionne à cet effet trois communes du secteur du Kochersberg dont il avait pu révéler l’intérêt archéologique lors des recherches entreprises avant-guerre pour sa thèse de doctorat : Furdenheim, Handschuheim et Quatzenheim.

Fouilles de Handschuheim, carnet 1, 1946 (Fonds A. Stieber, 67181_08_001 © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

A. Stieber débute par la commune de Handschuheim le mercredi 24 juillet 1946 : parti de Strasbourg par le train de 6h48, il transporte sur place une partie du matériel et passe cette première journée à rechercher les bornes de la station néolithique et à consulter le cadastre municipal. Il y retourne le mercredi suivant pour se consacrer à une série de sondages le long des talus afin de repérer l’emplacement exact du fond de cabane et délimiter la zone à fouiller. Ce travail, achevé le 1er août, est un préalable aux fouilles qui commencent véritablement le 3 septembre et qu’il mène en parallèle de celles qu’il a initiées à Furdenheim depuis le 18 août 1946. A. Stieber consacre son mois de septembre 1946 et la première quinzaine d’octobre à ces deux communes.

Fouilles de Handschuheim, station néolithique de type lacustre, point VI, 1946 (Fonds A. Stieber, 67181_09_016_a10r © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

Les carnets du fonds Arthur Stieber révèlent la vie du chantier au jour le jour, ses collaborateurs réguliers (Michel Bronnert, Albert Raeppel) et occasionnels, ses croquis de plans et de relevés de terrain, ses longues listes de mesures, ses précisions sur les photographies, ses comptes rendus succincts des activités réalisées et des découvertes. J.-J. Hatt vient visiter les deux chantiers le 20 septembre 1946.

A. Stieber met ainsi au jour deux sites d’habitat datés de la période néolithique. Les résultats de ces fouilles n’ont jamais été publiés par l’auteur et sont restés inédits.

Fouilles de Furdenheim, fond de cabane néolithique poinçonné, point I, 10 septembre 1946 (Fonds A. Stieber, 67150_09_002_a01r © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

À partir du 12 octobre 1946, A. Stieber commence de nouvelles fouilles à Quatzenheim. Il y avait déjà découvert, en 1938, une série de sépultures d’époque néolithique. Une sépulture est en cours de dégagement dès le 16 août : il s’agit du squelette d’un adolescent, daté lui-aussi du néolithique. A. Stieber note scrupuleusement les mesures des différents os conservés. Il consacre tout le reste du mois d’octobre 1946 à poursuivre ses investigations sur cette commune et, ponctuellement, quelques journées de novembre et décembre. Il découvre également une dizaine de fosses qu’il fouille méthodiquement. La commune de Quatzenheim l’occupe pendant plusieurs années consécutives, ses carnets témoignent de fouilles menées aussi en 1947 et 1948. La campagne de 1947 est notifiée dans la revue Gallia par Paul Wernert, chargé de recherche au CNRS, devenu en 1948 le nouveau directeur de la circonscription des antiquités préhistoriques de l’Est de la France.

Fouilles de Quatzenheim, croquis du relevé de la fosse (four ?), décembre 1946 (Fonds A. Stieber, 67382_09_015 © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

À l’issue des fouilles, A. Stieber entreprend d’étudier le mobilier avant que celui-ci ne parte au musée des Antiquités nationales, tel que le prévoyait l’accord initial. Il dessine les objets les plus intéressants et soumet certaines pièces à des analyses radiographiques. La correspondance entre R. Lantier et J.-J. Hatt est plus fournie en 1948, à l’approche du transfert du mobilier. Ce dernier aurait souhaité que le directeur du MAN vint en personne à Strasbourg procéder au choix du mobilier, et avait prévu à cet effet une petite exposition des objets découverts par A. Stieber. Mais le voyage est finalement annulé. Parallèlement, la direction des musées de France, qui impulse depuis quelques années une politique de relance des musées de province qu’elle s’attache scientifiquement, prend attache avec Hans Haug, le directeur des musées de Strasbourg. J.-J. Hatt supervise lui-même l’emballage du mobilier découvert dans les fonds de cabanes néolithiques des trois sites et dans deux sépultures de Quatzenheim, accompagné des ossements. Le transfert au musée de Saint-Germain-en-Laye des 36 boîtes concernées, d’après la liste de colisage, est réalisé dans le courant de l’année 1948. Les objets sont inscrits au registre d’entrée des collections en 1950, sous les numéros d’inventaire MAN 79952 à MAN 79964. En guise de documentation, J.-J. Hatt fournit plusieurs tirages photographiques représentant les structures sur le terrain et les plans réalisés par A. Stieber des trois sites.

Fiche objet MAN 79953 (MAN, fiches objets Néolithique © MAN)

Les fouilles menées à Furdenheim, Handschuheim et Quatzenheim en 1946, poursuivies en 1947 et 1948, sont parmi les rares fouilles programmées menées par A. Stieber, plutôt familier des prospections et des suivis de travaux. Elles ont pu être réalisées grâce à la subvention accordée grâce au musée des Antiquités nationales et par la direction de l’architecture, comme en témoigne la lettre rédigée par J.-J. Hatt au directeur du CNRS. En effet, ces années cruciales de 1946-1949 donnent à A. Stieber l’opportunité d’intégrer, non sans quelques difficultés, mais avec les recommandations de J.-J. Hatt, de P. Wernert et de R. Lantier, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) où il est nommé stagiaire de recherche en 1950 puis attaché de recherche en 1952. Il est alors placé sous la direction de P. Wernert et sous le parrainage de R. Lantier à qui il rend régulièrement compte de l’avancée de ses recherches jusqu’en 1961. Les rapports envoyés à R. Lantier sont conservés en partie dans les archives du musée d’Archéologie nationale, en partie dans les papiers donnés par la veuve de R. Lantier à l’Institut de France.

Bibliographie :

SCHNITZLER Bernadette, « Jean-Jacques Hatt (1913-1997) », Bulletin de la Société préhistorique française, 1997, 94-2, p. 132-133.

STIEBER Arthur, « Le cimetière néolithique à céramique rubanée de Quatzenheim (Bas-Rhin) », dans CAHA n° 128, 1947, p. 21-30.

VERCOUTTER Jean, « Notice sur la vie et les travaux de Claude Schaeffer-Forrer, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1989, 133-1, p. 178-188.

WERNERT Paul, « IIIe circonscription », Gallia, 6-1, p. 193-194.

FLOTTE Pascal, FUCHS Matthieu, Le Bas-Rhin, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2000.  

Sources archivistiques :

MAN, fonds des acquisitions, 2018006/28, dossier MAN 79952-79964.

MAN, manuscrits, BIB 34862, dossier « Fouilles Hatt ».

DRAC Grand Est, fonds Arthur Stieber : carnets et plans de Furdenheim, Handschuheim et Quatzenheim.

Arthur Stieber et le Musée archéologique de Strasbourg

        Le don des collections et de la documentation d’A. Stieber au musée par sa famille en 1999 constitue le prolongement logique d’une longue histoire qui lie (du moins en partie) ce chercheur au musée durant la presque totalité de sa vie professionnelle.

Des contacts précoces et… un espoir déçu

        Les choses commencent toutefois assez mal… En 1945, le devenir du Musée archéologique, dirigé bénévolement par Robert Forrer de 1909 à 1939, puis intégré au service archéologique allemand durant le second conflit mondial sous la direction d’Adolphe Riff, se pose de façon aiguë à la Société pour la conservation des monuments historiques, propriétaire des collections, ainsi qu’à la Ville de Strasbourg. La succession de R. Forrer est ouverte… et les candidats ne manquent pas parmi les archéologues régionaux. Arthur Stieber se met lui aussi sur les rangs et sollicite l’obtention du poste, en se fondant sur ses travaux et publications d’avant-guerre. Il avait en effet rencontré R. Forrer à diverses reprises dans le cadre de l’élaboration d’une thèse pour un doctorat d’université en Préhistoire à l’Université de Strasbourg et avait bénéficié de ses conseils à propos de certaines de ses prospections et découvertes. Ce travail devait porter sur « l’occupation du sol sur les terrasses de lœss du Kochersberg à l’époque néolithique », sous la direction du professeur Émile Linckenheld, mais n’a toutefois jamais été mené à son terme, A. Stieber indiquant que le manuscrit en avait été perdu pendant la guerre. Ceci ne semble que partiellement vrai, car il réutilisera ensuite une large partie de ce travail universitaire pour nourrir ses recherches ultérieures pour le CNRS et de nombreux articles publiés dans des revues nationales ou régionales.

        Quoi qu’il en soit, A. Stieber s’empresse d’envoyer le 7 février 1945, depuis le village d’Échery, dans la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines, où il s’est retiré durant la guerre, un courrier au maire de Strasbourg pour solliciter le poste de conservateur du « Musée préhistorique et gallo-romain ». La réponse lui parvient le 2 mars 1945, négative : « … le poste de Conservateur du Musée préhistorique et gallo-romain n’est pour le moment pas déclaré vacant. Il ne pourra d’ailleurs être occupé que par décision simultanée de la Ville de Strasbourg, de la Société » des monuments historiques et des services d’État correspondants. D’ailleurs jusqu’à présent, aucune rétribution n’est attachée à ce poste. Je ne suis donc, à mon regret, pas en mesure de donner une suite favorable à votre demande ». Cela n’empêche pas A. Stieber de confirmer sa candidature le 14 mars au cas où le poste deviendrait vacant.

        Tel est le cas en 1946. Avec la nomination de Jean-Jacques Hatt et la cession par la Société de l’ensemble de ses collections à la Ville de Strasbourg, intervient aussi le changement de statut du Musée archéologique qui prend rang parmi les trente musées classés de France par décision de l’État en 1946. La Direction des Antiquités historiques d’Alsace s’y installe également et y restera jusqu’à la fin des années 1960, J.-J. Hatt cumulant les fonctions de conservateur du musée et de directeur des Antiquités. Cette nomination officielle vient mettre un terme définitif à l’espoir d’A. Stieber de mener une carrière dans les musées à Strasbourg.

Du CNRS…. au musée de Strasbourg

        Après avoir travaillé un temps pour le Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye de 1946 à 1949, sous l’autorité de Raymond Lantier, A. Stieber entre au CNRS en 1950 comme stagiaire. En tant que chercheur isolé, il est accueilli… au musée archéologique de Strasbourg où il est « détaché » à partir de 1952. Il y établit l’une de ses bases de travail, l’autre étant l’Institut de Géologie où officie Paul Wernert, directeur des Antiquités préhistoriques d’Alsace, l’un de ses principaux soutiens au niveau scientifique. La mission principale qui lui est confiée dans le cadre du CNRS est la surveillance des travaux d’aménagement (en particulier d’assainissement) qui bouleversent le sous-sol à grande échelle dans de nombreux villages alsaciens à cette époque (Fig. 1).

Kertzfeld, mai-juin 1952, rue de l’Eglise
(Fonds A. Stieber 67233_02_001_a16r © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

Il est chargé de suivre les terrassements, d’effectuer les observations archéologiques nécessaires et de collecter et de traiter le mobilier mis au jour (Fig. 2).

Maquette en plâtre d’un “fond de cabane”, Furdenheim (© Musée archéologique de Strasbourg)

        Jean-Jacques Hatt lui confie également, comme il est de règle, un second travail d’intérêt collectif, pour une tâche complémentaire à son contrat avec le CNRS : le projet d’un fichier des découvertes archéologiques bas-rhinoises et l’esquisse d’une première carte archéologique. La vaste documentation conservée au Musée archéologique, en particulier l’exploitation de l’ancien fichier et des nombreuses publications de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, constitue une base de choix pour mener ce projet à bien. La collection de cartes topographiques du musée sera également exploitée directement par Stieber tout au long de ses travaux. Ses recherches de terrain peuvent ainsi être mises aisément en relation avec les découvertes antérieures du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, dessinant progressivement la carte de l’occupation du territoire aux périodes les plus anciennes. Seules les fiches des communes dont les noms commencent par les lettres A et B semblent avoir été réalisées.

        L’équipe du musée et de la direction des Antiquités s’étant étoffée avec l’arrivée de Hans Zumstein en 1963 comme assistant au musée pour les périodes historiques, puis d’André Thévenin pour la Préhistoire, la place a dû commencer à manquer, d’autant plus que la Société, en la personne de son active secrétaire, Cécile Sauer, qui assurait également le secrétariat de J.-J. Hatt, était toujours basée au musée. Un amusant dessin de Dorette Muller, qui travaille également un temps comme dessinatrice au musée, illustre cette cohabitation qui n’a pas toujours dû être aisée ! Arthur Stieber y apparaît sur le côté gauche, pipe à la bouche (Fig. 3). Les relations avec le conservateur du musée, avec lequel il avait été en « concurrence » en 1946, semblent également avoir été assez limitées, comme le laissent transparaître les très brèves appréciations faites par J.-J. Hatt pour la notation annuelle des travaux d’A. Stieber faites pour le CNRS. A Stieber quittera définitivement le musée en 1972 au moment de son départ en retraite, peu après que la Direction des Antiquités d’Alsace se soit établie dans les locaux du tout nouveau Ministère de la Culture, au Palais du Rhin à Strasbourg.

Dorette Muller : Le bureau et l’équipe du Musée archéologique de Strasbourg dans
les années 1970 (© Musée archéologique de Strasbourg).

Des sachets en grand nombre… pour des collections diversifiées !

C’est en 1999 que les nombreuses collections, réunies par Arthur Stieber et conditionnées dans des sachets qui dormaient dans le vaste grenier de sa maison depuis de très longues années, sont transmises au Musée archéologique par ses héritiers, M. et Mme Vogel. Le transfert a été épique ! L’équipe des Musées, qui a réalisé ce déménagement, se souviendra longtemps de la fine poussière noire qui recouvrait tout et qui voletait partout à chaque déplacement de cartons ou de sachets ! Un énorme empilement de caisses est finalement déchargé dans la cour latérale du musée pour en effectuer un premier inventaire, réunir et identifier les sites concernés. Après avoir évacué les sachets abîmés ou dépourvus de provenance, une petite équipe composée du conservateur du musée, de Christian Jeunesse et d’Anthony Denaire, tous deux spécialistes de Préhistoire et de Protohistoire, s’est attelée à la tâche au cours de l’année 2000 ! Il a fallu dénouer les cordelettes fermant d’innombrables sachets en tissu, collecter et déchiffrer des centaines d’étiquettes, ouvrir des dizaines de contenants aussi divers que variés (de l’emballage de médicaments aux boîtes à fromage ou … à cigares, trier et reconditionner le mobilier ainsi redécouvert… une seconde fois. Après relavage et parfois recollage, ce mobilier archéologique diversifié a été inventorié et intégré dans les collections du Musée archéologique où 134 ensembles cohérents ont pu être conservés et identifiés (Inv. n° 11. 000. 1. 1…  à 11. 000. 134. 1…).

Etiquettes de conditionnement de mobilier (Fonds A. Stieber © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

Mobilier, Quatzenheim (Fonds A. Stieber © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

        Tous ces objets proviennent des prospections ou des fouilles réalisées durant plus de cinquante ans, essentiellement dans le Kochersberg. Si certains sites sont connus par des travaux antérieurs, bon nombre étaient par contre inédits et donc de grand intérêt pour la carte archéologique régionale. La datation des ensembles sélectionnés s’échelonne du Néolithique au haut Moyen Âge ; 80% des séries retenues pour entrer dans les collections concernent toutefois le Néolithique et les Âges des Métaux, deux centres d’intérêt privilégié par l’archéologue dans ses recherches de terrain. Les 20% restants se partagent entre les périodes romaine, mérovingienne et médiévale. Par chance, plusieurs centaines de petits carnets de prospection et de fouille d’A. Stieber avaient également été conservés par sa famille et ont ainsi pu être, dans la plupart des cas, mis en relation avec le mobilier archéologique correspondant. Celui concernant la période néolithique a aussi pu être mis rapidement à profit par deux doctorants, A. Denaire et Ph. Lefranc, qui ont ainsi pu l’exploiter dans le cadre de leurs thèses universitaires.

Furdenheim, carnet 12, 1935 : inventaire des objets provenant de Furdenheim et conservés au Musée archéologique (Fonds A. Stieber © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

        Ces nouvelles entrées dans les collections du musée sont venues compléter fort opportunément les quelques ensembles issus de diverses fouilles menées avec des autorisations officielles par A. Stieber et déposés alors au musée dans les années 1950, telle la nécropole néolithique de Quatzenheim, par exemple. Mais l’importante collection réunie par prospection et fouilles depuis son adolescence semble, par contre, avoir été constituée essentiellement à titre personnel et privé, sans volonté de transmettre ces découvertes à une collection publique et sans avoir pris de véritables dispositions à cet égard pour en assurer la pérennité. Leur don par la famille de l’archéologue a heureusement permis leur sauvegarde et la mise en lumière du vaste travail effectué par A. Stieber durant plusieurs décennies.

Quatzenheim, carnet 16, 1948 : tombe 2 (Fonds A. Stieber © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

Sources complémentaires

Gif-sur-Yvette : Archives du CNRS

Dossier d’A. Stieber : correspondance, rapports, diplômes, extraits des registres de naissance et de casier judiciaire, articles (1929-1962) [liste des documents en annexe du rapport de février 2015 du Projet collectif de recherches].

Paris : Archives du Muséum d’histoire naturelle de Paris

Fonds Henri Breuil, cote Br 41 : courrier d’A. Stieber, 6 mai 1961, adressé à l’abbé Breuil.

Paris : Archives de l’Institut de France

Papiers Raymond Lantier, cote Ms 7989, CNRS, direction de recherches, chercheurs parrainés : Rapports et correspondance A. Stieber (1952-1956)

Papiers Raymond Lantier, cote Ms 8014, Revue archéologique, administration de la revue et correspondance avec les auteurs : lettre d’A. Stieber du 20 janvier 1951 avec un article manuscrit et un article dactylographié.

Saint-Germain-en-Laye : Archives du Musée d’Archéologie nationale

Fonds des registres, 2018005/13 : registre d’entrée des collections n°9 (n° inv. MAN 79952 à MAN 79964)

Fonds des acquisitions, 2018006/28, dossier MAN 79952 à 79964 : correspondance, fiches objets, notes concernant les fouilles (1945-1948).

Manuscrits, inv. BIB 34862, dossier Fouilles Hatt : liste d’envoi du mobilier archéologique découverts dans les fouilles Stieber de 1946-1947, photographies des sites fouillés par A. Stieber à Furdenheim, Quatzenheim, Handschuheim.

Manuscrits, inv. BIB 29088, dossier A. Stieber : correspondance, notes, rapports (1951-1956) [liste en annexe du rapport 2017 du Projet collectif de recherches].

Bibliographie d’Arthur Stieber

Cette bibliographie d’A. Stieber porte principalement sur ses publications archéologiques, mais aussi sur les premiers travaux de l’auteur dans les domaines de la cristallographie et de la pédologie.

Abréviations utilisées :

S.P.F. : Société préhistorique française

CAHA : Cahiers d’archéologie et d’histoire d’Alsace

CAAAH : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire

Articles de journaux

1936

– Dr. A. Stieber, “Steinzeitwohngrubenreste bei Handschuheim”, dans Strassburger Neueste Nachrichten, 29 mai 1936.

– Dr. A. Stieber, “Ein neolitisches Dorf bei Quatzenheim”, dans Strassburger Neueste Nachrichten, n° 236, 26 août 1936.

– Dr. A. Stieber, “Steinzeitliche Ansiedlungen zwischen Fürdenheim und Marlenheim”, dans Strassburger Neueste Nachrichten, n° 331, 29 novembre 1936.

1937

– Dr. A. Stieber, “Vorgeschichtliches von Rosheim”, dans Strassburger Neueste Nachrichten, Edition “Ville et campagne” n° 319, 18 novembre 1937 (cité ensuite en bibliographie : “Un crâne néolithique de la population à céramique du type poinçonné à Rosheim”).

– Dr. A. Stieber, “Aufdeckung eines römischen Dorfes zwischen Marlenheim und Fürdenheim”, dans Strassburger Neueste Nachrichten, 14 décembre 1937 (concerne les lieux-dits In der Floh und Mauerackern).

Articles publiés dans des revues

1931

“Cristallographie – Sur le bore cristallisé. Note de MM. L. Hackspill, A. Stieber et R. Hocart”, dans Compte rendus des séances de l’Académie des Sciences, tome 193, p. 776, séance du 3 novembre 1931. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3146s/f780.item

1934

“Spectroscopie – Effet de la température des radiations visibles et infra-rouges sur la résistance électrique du bore. Note de MM. René Frymann et Arthur Stieber, transmise par M. A. Cotton”, dans Compte rendus des séances de l’Académie des Sciences, tome 198, p. 1109, séance du 19 novembre 1934. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3151h/f1109.item

1935

“Une station à fonds de cabane néolithique à Handschuheim”, dans Bulletin de la S.P.F., tome XXXII, séance du 27 juin 1935, prises de date, p. 314. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1935_num_32_6_6137

1936

– ” Une station à fonds de cabane néolithique à Quatzenheim”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXIII, séance du 28 mai 1936, prises de date, p. 302. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1936_num_33_5_4467

– “Une sépulture néolithique d’enfant à Dachstein”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXIII, séance du 28 mai 1936, prises de date, p. 302. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1936_num_33_5_4467

– “Une station à fonds de cabane néolithique à Marlenheim”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXIII, séance du 28 mai 1936, prises de date, p. 302. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1936_num_33_5_4467

– “Découvertes de l’âge du Bronze, de l’âge du Fer, de l’époque romaine faites à Rosheim”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXIII, séance du 28 mai 1936, prises de date, p. 303. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1936_num_33_5_4467

– “Un fond de cabane d’époque hallstattienne à Fessenheim-le-Bas”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXIII, séance du 28 mai 1936, prises de date, p. 302-303. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1936_num_33_5_4467

– “Des stations romaines à Hurtigheim et Quatzenheim et à Dossenheim-Kochersberg”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXIII, séance du 28 mai 1936, prises de date, p. 303. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1936_num_33_5_4467

1938

– “Une fosse du premier Âge du Fer près de Marlenheim (Bas-Rhin)”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXV, n° 9, 1938, p. 352-358. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1938_num_35_9_4640

– “Des stations à fonds de cabane néolithique avec céramique de type lacustre à Ittlenheim et à Wiwersheim”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXV, séance du 24 mars 1938, prises de date, p. 119. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1938_num_35_3_4597

– “Des stations à fonds de cabane néolithique avec céramique de type rubané à Durningen, à Hurtigheim et à Marlenheim”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXV, séance du 24 mars 1938, prises de date, p. 119. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1938_num_35_3_4597

– “Des stations à fonds de cabane néolithique avec céramique du type poinçonné à Hurtigheim, à Pfettisheim et à Rosheim”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXV, séance du 24 mars 1938, prises de date, p. 119. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1938_num_35_3_4597

1939

– “Des stations à fonds de cabane néolithique avec céramique du type rubané à Fessenheim et à Pfettisheim”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXVI, séance du 25 mai 1939, prises de date, p. 230. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1939_num_36_5_4677

– “Des stations à fonds de cabane néolithique avec céramique du type lacustre à Ittlenheim et à Osthoffen”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXVI, séance du 25 mai 1939, prises de date, p. 230. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1939_num_36_5_4677

– “Un cimetière néolithique avec céramique du type rubané à Omatzenheim (sic)”, dans Bulletin de la S.P.F., XXXVI, séance du 25 mai 1939, prises de date, p. 230. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1939_num_36_5_4677

1947

“Le cimetière néolithique à céramique rubanée de Quatzenheim (Bas-Rhin)”, dans CAHA n° 128, 1947, p. 21-30.

1949

“La station romaine de Kuttolsheim (Bas-Rhin)”, dans CAHA n°130, 1949, p. -256.

1952

– “Fouilles dans les stations néolithiques de Stutzheim (Bas-Rhin)”, dans CAHA n° 132, 1952, p. 21-28.

– “Le cimetière mérovingien d’Uttenheim (Bas-Rhin)”, dans CAHA n° 132, 1952, p. 115-118.

– “Prospection préhistorique à Hurtigheim (Bas-Rhin)”, dans Bulletin de la S.P.F., XLIX, n° 8, 1952, p. 403-413. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1952_num_49_8_5083

1953

“Fouilles faites dans la station néolithique à céramique lacustre de Handschuheim (Bas-Rhin)”, dans CAHA n° 133, 1953, p. 9-20.

1954

– “Les stations néolithique et romaine de Mutzenhausen (Bas-Rhin)”, dans CAHA n° 134, 1954, p. 10-14.

– “Découverte d’un fond de cabane mérovingien à Furdenheim (Bas-Rhin)”, dans CAHA n° 134, 1954, p. 97-100.

– “Station néolithique poinçonnée de Waltenheim (Bas-Rhin)”, dans Bulletin de la S.P.F., LI, n° 7, 1954, p. 376-378. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1954_num_51_7_3112

1955

– “Stations néolithiques de l’âge du Bronze et de l’époque romaine à Kertzfeld (Bas-Rhin)”, dans Bulletin de la S.P.F., tome LII, fasc. 5-6, 1955, p. 296-303. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1955_num_52_5_3205

– “Quatre nouvelles tombes du cimetière néolithique à céramique rubanée de Quatzenheim”, dans Congrès préhistorique de France, compte-rendu de la XIVe session Strasbourg-Metz 1953, p. 594-606.

1956

– “Stations néolithiques d’Alsace”, dans Bulletin de la S.P.F. tome LIII, n° 11-12, 1956, p. 750-758 (concerne la station néolithique à céramique poinçonnée d’Eckbolsheim, le fond de cabane néolithique à céramique poinçonnée de Niedernai, la tombe préhistorique en forme de fente à Hohatzenheim). Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1956_num_53_11_3406

1957

– “Le cimetière mérovingien de Dachstein et trouvailles accessoires d’objets néolithiques”, dans CAAAH, I, 1957, p. 97-105. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9758335m/f106.item

– “Découverte de deux tombes mérovingiennes superposées à Quatzenheim (Bas-Rhin)”, dans CAAAH, I, 1957, p. 105-106. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9758335m/f114.item

1958

– “Vestiges des campagnes de Turenne près d’Innenheim”, dans CAAAH, II, 1958, p. 129-132. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9785425g/f143.item

– “Tombe mérovingienne d’Ittenheim”, dans CAAAH, II, 1958, p. 70. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9785425g/f84.item

– “Objets mérovingiens, ossements humains et restes de fortifications à Rosheim”, dans CAAAH, II, 1958, p. 80-82. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9785425g/f94.item

– “Recherches sur des domaines gallo-romains du Kochersberg. Vestiges de voies romaines, indices d’habitats, traces de centuriation à Duntzenheim, Friedolsheim, Oberschaeffolsheim” dans CAAAH, II, 1958, p. 57-70 (en collaboration avec J.-J. Hatt et A. Siat). Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9785425g/f71.item

– “Découvertes archéologiques faites à Hochfelden”, dans Bulletin de la S.P.F., tome LV, fasc. 11-12, 1958, p. 767-769. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1958_num_55_11_3723

– ” Observations et fouilles archéologiques en 1958 dans le département du Bas-Rhin”, dans CAAAH, II, 1958, p. 25-26. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9785425g/f35.item

1959

– “Prospection préhistorique à Oberhausbergen (Bas-Rhin)”, dans CAAAH, III, 1959, p. 17-23. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97583450/f29.item

– ” Observations et fouilles archéologiques en 1959 dans le département du Bas-Rhin”, dans CAAAH, III, 1959, p. 24. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97583450/f36.item

– “La station néolithique à céramique poinçonnée de Pfettisheim (Bas-Rhin)”, dans Bulletin de la S.P.F., tome LVI, n° 3-4, 1959, p. 210-217. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1959_num_56_3_3568

– “Récentes découvertes préhistoriques aux environs de Strasbourg”, dans Bulletin de la S.P.F., tome LVI, n° 5-6, 1959, p. 336-343 (concerne : station à céramique néolithique rubanée d’Eckbolsheim, une fosse néolithique à Souffelweyersheim, la station de l’âge du Bronze d’Eckbolsheim). Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1959_num_56_5_3580

1960

– “Fond de cabane mérovingien et station de la civilisation des champs d’urnes à Reitwiller”, dans Bulletin de la S.P.F., tome LVII, n° 1-2, 1960, p. 108-113. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1960_num_57_1_3439

– “Nouvelle station néolithique à Pfettisheim”, dans Bulletin de la S.P.F., n° 3-4, 1960, p. 206-209. Lien : https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1960_num_57_3_3456

– “Observations concernant la conduite d’eau romaine de Kuttolsheim à Strasbourg”, dans CAAAH, IV, 1960, p. 45-52. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9758649p/f55.item

– “Observations et fouilles archéologiques en 1960 dans le département du Bas-Rhin”, dans CAAAH, IV, 1960, p. 43-44. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9758649p/f53.item

1961

– “Fouilles archéologiques à Mittelhausen, Achenheim et Saasenheim”, dans CAAAH, V, 1961, p. 55-72. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97599068/f67.item

– “Observations et fouilles archéologiques faites en 1961 en Alsace”, dans CAAAH, V, 1961, p. 54. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97599068/f66.item

1962

– “Observations et fouilles faites en 1962 en Alsace dans les tranchées des pipe-lines”, dans CAAAH, VI, 1962, p. 53-54. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9756703d/f65.item

– “Une sépulture à squelette replié de La Tène à Dachstein”, dans CAAAH, VI, 1962, p. 47-53. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9756703d/f59.item

– “Station hallstattienne à Mundolsheim”, dans CAAAH, VI, 1962, p. 37-46. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9756703d/f49.item

1963

“Vestiges romains d’Alsace”, dans CAAAH, VII, 1963, p. 27-42 (concerne la station romaine de Kertzfeld, une station romaine à Limersheim, la station romaine d’Osthoffen, un tronçon de conduite d’eau découvert dans le village de Stutzheim). Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9756878g/f39.item

1964

– “Stations de l’époque néolithique et du Bronze final en Alsace”, dans CAAAH, VIII, 1964, p. 31-54 (concerne la station néolithique rubanée de Bilwisheim, des fonds de cabanes du Néolithique poinçonné et des Champs d’urnes à Eckbolsheim, une fosse néolithique à Pfettisheim). Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9756839c/f43.item

– “Découvertes archéologiques faites dans la région de Haguenau lors de la pose du pipe-line sud-européen”, dans Études haguenoviennes, 1962-1964, p. 119-135.

– “Fond de cabane néolithique rubanée de Souffelweyersheim”, dans CAAAH, VIII, 1964, p. 54. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9756839c/f66.item

1965

“Prospection préhistorique à Oberhausbergen”, dans CAAAH, IX, 1965, p. 29-38. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9757056f/f41.item

“Furdenheim : Fond de cabane néolithique à céramique poinçonnée de Furdenheim”, dans CAAAH, IX, 1965, p. 29-38. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9757056f/f50.item

1966

– “Nature pétrographique des matériaux d’empierrement d’une voie romaine à Dambach-la-Ville”, dans CAAAH, X, 1966, p. 69-71 (en collaboration avec J.-J. Hatt et A. Siat). Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9757228t/f81.item

– “Prospection préhistorique à Oberhausbergen”, dans CAAAH, X, 1966, p 29-34. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9757228t/f41.item

– “Découverte de tombes du Haut Moyen Âge à Ittenheim (Bas-Rhin)”, dans CAAAH, X, 1966, p. 72-76. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9757228t/f84.item

– “Découverte d’une monnaie en argent près de la Croix du sang à Morschwiller (Bas-Rhin)”, dans CAAAH, X, 1966, p. 89-90 (en collaboration avec Mme Lang). Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9757228t/f101.item

1969

– “Description de deux tronçons de voie romaine à Epfig (Bas-Rhin) et nature pétrographique de leur matériau d’empierrement”, dans CAAAH, XIII, 1969, p. 39-43 (en collaboration avec A. Siat et R. Weil). Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9757066t/f149.item

– “Composition minéralogique des incrustations blanches ornant quelques poteries poinçonnées néolithiques en Alsace”, dans CAAAH, XIII, 1969, p. 44. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9757066t/f154.item

– “Quelques aspects de l’industrie du granite en Alsace à l’époque romaine”, dans CAAAH, XIII, 1969, p. 37-38. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9757066t/f147.item

1970

– “Gries et le village disparu de Wilre”, dans Études Haguenoviennes, 1965-1970, p. 13-28.

– “Tombes à incinérations romaines à Scherlenheim (Bas-Rhin)”, dans CAAAH, XIV, 1970, p. 71-74. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97569923/f83.item

1971

“Nouvelles découvertes au lieu-dit “Linkkirchlein” à Saasenheim”, dans CAAAH, XV, 1971, p. 49-54. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9757086k/f59.item

1973

“Benfeld et la station romaine Eichwäldel-Sauerweide”, dans CAAAH, XVII, 1973, p. 61-70. Lien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9756668d/f75.item

1981

– “La station romaine au lieu-dit “Buechen” à Reimerswiller”, dans Études haguenoviennes, tome VII, 1980-1981, p. 3-8.

– “La station romaine au lieu-dit “Auf der Burgis” à Uhlwiller”, dans Études haguenoviennes, tome VII, 1981, p. 9-16.

En parallèle et en complément, la rubrique “Informations archéologiques” de la revue Gallia Préhistoire de 1958 à 1963 donne des informations relatives aux interventions de terrain d’A. Stieber.

Arthur Stieber (1908-1985)

La passion d’Arthur Stieber (1908-1985) pour l’archéologie de sa région natale, l’Alsace, ne s’est jamais démentie tout au long de sa vie, lui permettant de réunir une très abondante documentation, en large partie inédite.

Né le 28 mars 1908 dans une famille d’agriculteurs de Furdenheim dans le Kochersberg, il reste toute sa vie très attachée à ce riche terroir agricole où il commence ses premières prospections dès l’adolescence. Ses découvertes archéologiques, à Handschuheim, Quatzenheim, Rosheim, Furdenheim… seront publiées dans la presse locale à partir de 1936 et marquent le début d’une longue activité de recherches de terrain.

Parallèlement à son intérêt pour l’archéologie, A. Stieber obtient un diplôme d’ingénieur-chimiste en 1929 puis soutient une thèse de doctorat en sciences à Paris en novembre 1933, avant de s’inscrire en 1936 en thèse de doctorat en Lettres à l’Université de Strasbourg en prenant comme thème de recherche l’occupation du sol sur les terrasses de lœss dans la région du Kochersberg à l’époque néolithique. Le manuscrit en sera perdu pendant la guerre et A. Stieber renoncera alors à soutenir cette thèse en archéologie. Une large partie des observations faites pour ce travail universitaire va toutefois être reprise pour nourrir ses recherches ultérieures.

Carte de visite d’Arthur Stieber (Fonds A. Stieber, 67150_12_002_a01v © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

Après 1945, il reprend ses activités archéologiques, en partie pour le compte du Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (entre 1946 et 1949). En octobre 1950, il entre au C.N.R.S. (20e section Ethnographie, préhistoire, anthropologie) sous la direction de Paul Wernert, directeur des Antiquités Préhistoriques d’Alsace et y mènera sa carrière jusqu’en mars 1973. Sa mission principale est la surveillance archéologique des travaux d’aménagement, en particulier l’installation de réseaux d’assainissement et d’adduction d’eau potable dans les communes du Bas-Rhin. Il continue également ses prospections dans le Kochersberg. Ce prodigieux travail, mené systématiquement durant de longues années et complété par le dépouillement des sources documentaires, lui permet de localiser plus d’un millier de nouveaux emplacements archéologiques datables de la Préhistoire aux Temps modernes.

H. Heitz, A. Stieber et l’abbé A. Glory, station néolithique de Durningen, avril 1946 (Fonds A. Stieber, 67109_01_001_a02v © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)

De nombreux sites sont restés inédits, consignés seulement dans les dizaines de carnets de prospection qu’A. Stieber a tenu à jour tout au long de ses années d’activité, mais aussi après son départ en retraite car il n’a jamais cessé tout à fait ses prospections dans sa région natale du Kochersberg.

Après son décès, survenu le 13 juin 1985 à Strasbourg, sa collection et ses archives restent conservées pendant une quinzaine d’années dans sa famille. C’est en 1999 que l’ensemble de cette vaste documentation scientifique et du mobilier archéologique associé fait l’objet d’un don important de la fille d’A. Stieber, Madame Vogel, au Musée Archéologique de Strasbourg.

Carnets concernant la commune d’Eckbolsheim
(Fonds A. Stieber © Musée archéologique de Strasbourg – DRAC Grand Est)